Une humble place dans l'Histoire

Je sais très bien ce que retiendra l’Histoire, elle dira qu’après le temps des hommes extraordinaires est venu le temps des hommes ordinaires. (Adresse aux députés gaullistes à l’approche de son élection à l a présidence de la République).

 

 

 

Il n’y a jamais de pages blanches ! On doit se contenter de poursuivre une tapisserie entamée par d’autres et dont la trame nous est imposée. Georges Pompidou cité par Alain Peyrefitte.

Je ressens terriblement le poids de la succession et les responsabilités de mes actes e t de mes paroles. J ’ai heureusement le don d e l’obstination, mais je supporte mal la solitude qui s’empare d ’un seul coup des chefs d’État.

(Lettre à François Mauriac 12/01/1970).

 

 

Les peuples heureux n’ont pas d ‘histoire, je souhaiterais que les historiens n’aient pas trop de choses à d ire sur mon mandat. Pas de guerre, pas de révolution, notamment. Je souhaiterais en revanche qu’on lise dans les manuels d’histoire que, de 1969 à 1976, la France a connu une période d’expansion, de modernisation, d’élévation du niveau de vie ; que grâce au progrès économique et social, elle a connu la paix intérieure, que l’étranger l’a respectée. […] Que mon nom soit mentionné ou ne le soit pas n’est pas très important.

Georges Pompidou, lors d’une conférence de presse, 1969.