La Justice, ou l'exercice de l'humilité

« Comprenne qui voudra Moi mon remords ce fut La victime raisonnable Au regard d’enfant perdue Celle qui ressemble aux morts Qui sont morts pour être aimés »

« Quant à l’ordre, c’est autre chose, c’est complexe ; l’ordre vous l’avez dit, c’est le reste de la loi. La loi c’est l’expression de la volonté générale et, par conséquent que doit-il se passer ? Eh bien ! quand quelqu’un viole la loi, la police est là pour le saisir, la justice peut le condamner ».

A propos de la grâce présidentielle accordée à Paul Touvier, milicien de Vichy par Georges Pompidou. Une grâce qui fut un sujet de controverse dans l’opinion : « Le droit de grâce n’est pas un cadeau fait au Chef de l’Etat pour lui permettre d’exercer ses fantaisies. C’est une responsabilité, parfois effrayante, qu’on lui impose qu’il prend au vu des dossiers, évidemment, mais seul avec s a conscience, et la tradition et le devoir l’empêchent et de s’expliquer et, bien sûr, de revenir sur ses décisions. »

« Imaginez ce que cela donnerait dans d’ autres cas ; une condamnation à mort par exemple ? [… ] Notre pays, depuis un peu plus de trente ans, a été de drame national en drame national. Ce fut la guerre, la défaite et ses humiliations, l’occupation et ses horreurs, la Libération, par contrecoup l’épuration et ses excès – reconnaissons-le; et puis la guerre d ‘Indochine, et puis l’affreux conflit d’Algérie et ses horreurs des deux côtés, et l’exode d’un million de Français chassés de leurs foyers, et du coup l’OAS et ses attentats, et ses violences, et par contrecoup la répression. A lors, […] je me sens le droit de dire: allons-nous éternellement entretenir saignantes les plaies de nos désaccords nationaux ? Le moment n’est-il pas venu de jeter le voile, d’oublier ce temps où les Français ne s’aimaient pas, s’entre-déchiraient et même s’entre-tuaient ? » Conférence de presse du Président de la République Georges Pompidou,21 septembre 1972.