L'ultime épreuve

«  je ne pensais pas que l’on pouvait souffrir autant  »

 

En mars 1974, Georges Pompidou se rendit en URSS pour un voyage officiel. Malgré la supplice, il ne faiblissait pas mais redoubla d’effort pour se maintenir et maintenir son pays vers l’avant. Il confia lors de son voyage en Russie pour garantir une paix menacée : «  je ne pensais pas qu’on put autant souffrir » . Il alla à la rencontre de léondi Brejnev , le dirigeant d’alors de l’URSS , avec qui il lia une relation presque amicale .Il lui confis être atteint d’une maladie incurable ,qu’il savait sa fin prochaine et qu’il ne reverrait plus l’URSS. Quelques jours après, le 2 Avril 1974, le Président s’éteint à son domicile.

« Je ne suis d’une région et d’une famille ou l’on ne se couche que pour mourir. »

 

Ces derniers mois, il est devenu irritable, Impatient. Sa  figure bouffie par les traitements aux corticoïdes se déforme peu à peu.

Ses jambes ont tellement enflé que des boursouflures recouvrant le dessus de ses chaussures. L’Elysée vit au rythme des rémissions et des brutales rechutes. Alors que la France subit les premiers effets du choc pétrolier (chômage, croissance en berne), le pouvoir réagit trop mollement .Sa volonté romaine, son stoïcisme dans l’épreuve ne suffisent plus à éclaircir cette fin de règne crépusculaire. «  j’en ai marre . Comme je suis fatigué.. »

Soupire-t-il , à la mi-mars 1974 , au retour d’une visite en URSS .Le dirigeant d’alors de l’URSS ,avec qui il a une relation presque amicale. Il lui confia être atteint d’une maladie incurable , qu’il savait sa fin prochaine et qu’il ne reverrait plus l’URSS .

Le cabinet doit annuler la plupart de ses engagements. «  je ne croyais pas qu’on pouvait souffrir autant » , se plaint-il à son fils Alain .Sachant dès son premier diagnostic que ses facultés mentales ne le lâcheraient  pas mêmes s’il devait beaucoup souffrir , il décide de rester à son poste . « Chez les Pompidou, on ne se couche que pour mourir » , lançait-il bravache , à ses intimes. Le 2 avril au soir , après une ultime journée de souffrances dans son appartement parisien de l’ île Saint-Louis , il ne s’est plus relevé .